Parc photovoltaïque de Bernacaille

La municipalité a entamé une procédure d’installation d’un parc photovoltaïque au lieu-dit « Bernacaille », au-dessus du gat mort, entre Cabanac et Villagrains.

Ces parcelles, biens communaux exploitées en forêt sont notées comme étant des zones humides particulièrement remarquables.

Elles représentent une vraie richesse patrimoniale pour la commune, et participent à l’équilibre écologique du cours du Gat-mort.

Devant l’avancée du dérèglement climatique dû au réchauffement climatique, nous croyons qu’il est temps maintenant d’accorder nos actes à nos vœux de préservations de l’environnement.

Nous pensons qu’il appartient à chacun d’entre nous, à tous les niveaux, d’agir pour trouver cet équilibre délicat qui permettra à nos enfants de continuer à vivre dignement dans un environnement de qualité.

Notre association est convaincue que notre société a réellement besoin de développer des énergies alternatives au pétrole et au nucléaire, des énergies moins polluantes, moins dangereuses.

Par conséquent, nous pensons que chaque projet d’aménagement devrait désormais être évalué selon des critères sociaux, économiques et financiers. Chacun devrait prouver de façon sincère et transparente, que ses avantages sont plus importants que ses inconvénients dans le filtre de cette transition écologique que nous devrons faire.

Au sujet du projet de parc photovoltaïque de Bernacaille, nous doutons que cet équilibre soit en faveur de cette transition, et nous doutons que les bénéfices financiers ne compensent pas la destruction de ces précieuses parcelles et les impacts induits.

Notre association a participé à la concertation organisée par ABOWIND (maitre d’ouvrage) et a pu poser un certain nombre de questions. Les réponses, apportées par ABOWIND et par la municipalité nous ont laissés « sur notre faim » :

Puis, nous avons pu après consultation du dossier alerter le commissaire-enquêteur désigné sur l’enquête publique relative à cette installation (déclaration de projet permettant la modification du Plan local d’Urbanisme pour autoriser cette installation, demande d’autorisation de défrichement auprès de la préfecture).

Nous avons remarqué que la quasi-totalité des administrations compétentes consultées pour avis étaient au mieux réticentes, au plus défavorables à ce projet.

AP2D a souligné l’absence d’un bilan complet cout/avantages. A noter la présence d’une lagune classée remarquable par le Comité régional des espaces naturels (CREN) à la limite de l’emprise du projet.

A Lire sur ce lien, les observation d’AP2D :

http://www.gironde.gouv.fr/content/download/45172/307608/file/observation%201.pdf

Les observations de Mme Liébaut-Jany, environnementaliste, ancien maire :

http://www.gironde.gouv.fr/content/download/45174/307616/file/observation%202.pdf

Les observations de Mr Caussé, Ingénieur en énergies renouvelables :

http://www.gironde.gouv.fr/content/download/45176/307624/file/observation%203.pdf

 

Enfin, nous estimons également que ce projet va à l’encontre du Projet d’aménagement et de développement durable du PLU de la commune (PADD, document public). Celui-ci engage la commune ainsi :

ENJEUX :

Préserver la diversité des milieux tant par la maîtrise de l’urbanisation que par le maintien de pratiques sylvicoles et agricoles diversifiées.

Protéger strictement et durablement les secteurs à forts enjeux écologiques (lagunes, forêt de feuillus, zones humides, cours d’eau et ripisylve, Natura 2000 et ZNIEFF), supports à la trame verte et bleue de la commune.

Préserver les zones humides et les différentes masses d’eau des activités anthropiques (urbanisation, sylviculture, etc.) afin de garantir leurs rôles hydraulique et écologique.

 

OBJECTIFS :

  • Conserver la diversité des milieux et des paysages de la commune.

  • Limiter la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers destinés à l’urbanisation nouvelle.

  • Identifier et préserver la trame verte et bleue (réservoirs de biodiversité et corridors écologiques)

  • Protéger et valoriser les éléments emblématiques de l’identité paysagère locale (silhouettes bâties, trame arborée, airials, etc.).

A noter dans les MOYENS :

  • Préserver les lagunes reconnues comme ayant une forte valeur écologique,

  • Permettre le maintien de milieux diversifiés en protégeant durablement les réservoirs de biodiversité et les corridors écologiques…

  • Stopper le mitage des espaces agricoles, afin de préserver leur potentiel agronomique et économique et permettre le cas échéant le développement des activités présentes

 

 

Nous demandons donc à ce que la commune de Cabanac et Villagrains préserve cet environnement naturel exceptionnel l’une de ses plus grandes richesses, et qui est sa marque.

(cf : incendie dans un parc photovoltaïque à Sainte Hélène)

(cf : feu dans un parc photovoltaïque à Louchats).​

19/11/2018
29/01/2019